Partager

Bonjour Ă  tous,

Cet article fait suite à ma série d’interview des experts français dans la gestion des cabinets dentaires .

Voila une rencontre avec M Remi ThĂ©odory (Stradent) , qui a acceptĂ© de rĂ©pondre Ă  mes questions sur la gestion du cabinet dentaire.

 

Résumé de notre échange :Les conseils de Remi Théodory sur la gestion du cabinet dentaire

Question : la vie du chirurgien-dentiste, les grandes étapes et comment s’y préparer ?

–  L’étape de la formation continue. Cela inclus d’abord le terrain : on ne peut pas concevoir un exercice ou se lancer dans la crĂ©ation d’un cabinet dentaire si nous n’avons pas un lĂ©ger retour du terrain. Si votre projet et de vous installer dans le libĂ©ral, commencer par vous installer dans une collaboration dans un cabinet dĂ©jĂ  installĂ©. La durĂ©e de cette collaboration doit ĂŞtre d’un minimum de 3 ans avant de se lancer dans la crĂ©ation de son propre cabinet. Parce que le terrain va nous apprendre Ă©normĂ©ment d’élĂ©ments d’ordre pratique qu’on ne nous a pas appris Ă  la fac. Aussi, il faut se mettre en tĂŞte que si nous avons choisi ce mĂ©tier, nous n’avons pas fini de nous former Ă©tant donnĂ© que ce mĂ©tier Ă©volue Ă  une vitesse Ă©norme.

–  L’installation : mon premier conseil aux jeunes chirurgiens-dentistes est d’arrĂŞter de s’installer dans les villes de facultĂ©s dentaires. En chiffres, la part de patients par chirurgien-dentiste en France est approximativement de 1500 patients. Dans les grandes agglomĂ©rations et les villes de facultĂ©s dentaires, ce chiffre baisse considĂ©rablement.Il est donc important de faire une Ă©tude dĂ©mographique de la zone oĂą l’on souhaite s’installer, et de s’assurer que nous avons la moyenne qui est de 1500 patients par patient installĂ©.

–  Accepter le fait que l’on ne peut pas maitriser ce mĂ©tier avant 10 ans de pratique.

–  PrĂ©parer sa retraite : cela peut paraitre paradoxal si je m’adresse Ă  de jeunes praticiens, mais cette Ă©tape se fait dès le dĂ©but et non durant les 5 dernières annĂ©es d’exercice. Pour cela, il faut sortir de l’utopie et rĂ©aliser que le bĂ©nĂ©fice que l’on gĂ©nère ne nous appartient pas Ă  100% ! en effet, ce gain est divisĂ© en plusieurs parties : une partie qui nous permet de vivre et s’épanouir, une partie pour les obligations que nous avons, et la troisième partie qui nous permet d’assurer notre futur.

–  Se former sur les notions de management et les ressources humaines : il faut apprendre Ă  gĂ©rer son personnel, sa communication en interne pour pouvoir en tirer un maximum d’efficacitĂ©.Question : quelles sont les choses importantes Ă  mettre en place dans sa vie de chirurgien-dentiste ?

–  MalgrĂ© toutes les pressions que nous pouvons subir, ne par dĂ©railler du but primaire de notre mĂ©tier qui est l’intĂ©rĂŞt du patient. A cause du manque de temps, de formation ou de savoir communiquer, la majoritĂ© des praticiens se prĂ©cipite sur la phase de traitement et par ce fait, ils soignent mal leurs patients.

–  La notion de la gestion de temps : aujourd’hui, c’est l’agenda qui contrĂ´le notre quotidien et non nous. Nous donnons des rendez-vous dès que nous avons un crĂ©neau libre en oubliant que notre temps doit ĂŞtre divisĂ© : un temps consacrĂ© au traitement, un temps pour la consultation et donc la communication, un temps consacrĂ© Ă  la maintenance, un temps consacrĂ© aux rĂ©unions avec notre personnel et notre communication interne, un temps pour la gestion de notre entreprise et un temps consacrĂ© Ă  notre formation.

Question : quels sont les principes que vous utilisez et que vous recommandez pour améliorer son travail, son ergonomie de travail, son efficacité et sa rentabilité ?

– Un point sur lequel j’insiste au risque de me rĂ©pĂ©ter : la notion de gestion de temps.

Pour être réellement efficace, il faut s’occuper de ce point. L’agenda doit être divisé en 6 compartiments.

– ArrĂŞter cette notion d’avancer par des crĂ©neaux fixes de l’ordre de 30 minutes. Il faut grouper les actes au maximum.         Travailler par des rendez- vous longs. Cela nous permet de gagner en productivitĂ©, d’amĂ©liorer l’utilisation du temps de l’assistance et de minimiser ses coĂ»ts.

–  Il faudrait absolument se former lĂ -dessus pour connaitre les principes ergonomiques qui nous permettent de maintenir en bonne santĂ© notre principal outil de travail : notre corps. Faire des exercices sportifs de compensation. Consacrer du temps Ă  un minimum d’une sĂ©ance de sport hebdomadaire.

Question : quelles techniques conseilleriez-vous pour doubler son patrimoine ?

20% du bénéfice net ne vous appartient pas aujourd’hui, elle vous appartiendra demain. Cela permet de se constituer un capital à investir plus tard en immobilier ou autre. Sortez de l’utopie dans laquelle on nous pousse toujours en nous disant que nous avons une capacité d’endettement de 30% de nos revenus. En effet, un endettement raisonnable ne doit pas dépasser les 20%.

Question : comment améliorer sa qualité de vie en tant que chirurgien-dentiste ?

La qualité de vie est à tort associée aux revenus financiers. Pour un chirurgien- dentiste, il est tout aussi important d’avoir du temps. Cela ne sert à rien de cumuler les biens financiers si nous n’avons pas le temps d’en profiter. Il faut maintenir un équilibre entre ces deux éléments en gardant en tête que nous travaillons pour vivre, nous ne vivons pas pour travailler.

Question : comment envisagez-vous le futur de notre profession ?

Je pense que cette notion de dentiste de quartier ou de famille va disparaitre. Je crois au groupement des chirurgiens-dentistes pour faire face à la pression que nous risquons d’avoir par le plafonnement tarifaire imposé par l’état ou les assurances.